“J’écris quoi ?”, “Je commence par où ?”, “Est-ce que ça va intéresser mes lecteurs ?”. Ah ! L’angoisse de la page blanche ! Elle vous happe, elle vous vide de toute inspiration, elle fait peur ! Si nous écrivons assez facilement lorsqu’il s’agit de textes personnels censés rester privés, ça devient légèrement plus angoissant lorsque celui-ci a pour but d’être rendu public. Que ce soit à cause de la pression que vous vous mettez à vous-même, du simple manque d’habitude ou parce que vous ne savez pas par où commencer, y a tellement de raisons de bloquer devant une page blanche !

Alors, on souffle, on se détend, et surtout, surtout, on dédramatise ! Ça peut arriver à n’importe qui, même aux meilleurs ! Et vous n’avez pas besoin de viser le prix Pulitzer pour en être atteint, que ce soit une dissertation, un article de blog, une candidature, un message personnel, où n’importe quoi d’autre, une page blanche c’est effrayant ! C’est pour ça que je vous ai préparé ma liste d’astuces pour enfin mettre cette angoisse de la page blanche au placard !

1. Échauffez-vous

Écrivez, écrivez, écrivez ! Tout ce qui vous passe par la tête fera l’affaire. Que ce soit en rapport avec votre rédaction ou pas, peu importe ! Vous rêvassez en regardant par la fenêtre ? Décrivez ce que vous voyez. Vous vous sentez frustré(e) de ne pas y arriver ? Racontez ce que vous ressentez. Commencez par cette phrase par exemple : “Je voudrai écrire – ma biographie, ma lettre de motivation, ma prochaine publicité – mais je n’y arrive pas , c’est frustrant parce que …” Les mots vont commencer à couler, et vous pourrez enchaîner sur votre texte. C’est comme pour n’importe quelle discipline, si vous voulez avoir de bons résultats, il vous faut un bon échauffement et beaucoup de pratique.

s'entraîner -angoisse de la page blanche

2. Listez les points clés

Prenez du recul sur le message que vous souhaitez faire passer, sans penser à faire de belles phrases. Notez les points clés, les choses importantes que vous voulez absolument intégrer à votre texte. À qui vous adressez-vous ? Quels sont les points cruciaux du message, ceux que vous ne voulez pas oublier ? Quelles réactions voulez-vous que votre texte procure chez votre lecteur ? Vous verrez, en remplissant votre page de ces pense-bêtes, elle ne vous fera plus aussi peur. Et vous aurez gagné en efficacité puisque vous ne risquez plus d’oublier quoi que ce soit en cours de route.

liste-angoisse de la page blanche

3. Faites un plan

Si lister les points clés ne suffit pas à vous débloquer face à votre page blanche, faites un plan complet. C’est encore mieux s’il est assez détaillé. Comme le préconisait Marc Twain, définissez de petits objectifs, facilement réalisables. En plus de vous aider à structurer vos pensées, ce plan va vous servir de support pour commencer. Votre texte ne vous paraîtra plus si effrayant ainsi divisé en plusieurs étapes. Et de cette manière, vous pouvez commencer par la partie qui vous semble la plus accessible puis retourner aux autres plus tard, au grès de votre inspiration. Pfff, même pas peur !^^

faire un plan-angoisse de la page blanche

4. Les brouillons successifs

Et comme tout le monde est différent, la méthode inverse sera peut-être plus à votre goût. Moi j’appelle ça le bazar organisé ! Notez simplement les idées qui vous viennent en tête. TOUTES LES IDÉES. L’important c’est de commencer, de vous libérer l’esprit en écrivant tout ce à quoi vous pensez. Paragraphe par paragraphe, vous allez créer de la matière, et envolée l’angoisse de la page blanche ! Ne faites pas attention à la cohérence entre les différentes parties pour le moment. N’essayez pas non plus d’avoir une syntaxe parfaite, vous aurez tout le temps de reprendre cela plus tard. À faire et à mesure que vos idées émergent, vous trouverez comment les associer et les articuler autour de thèmes communs.

brouillons successifs -angoisse de la page blanche

Personnellement, j’utilise un plan pour voir à peu près où je vais, ET des brouillons successifs, un vrai bazar au départ, mais ça marche !

5. Stop à la pression !

Arrêtez donc de vous mettre la pression et re-la-ti-vi-sez ! Dit comme ça, ça à l’air simple et vous allez me dire, “Si je pouvais je le ferais !”. La vérité c’est que, oui, vous pouvez y arriver. Votre texte ne sera peut-être pas parfait dès le premier jet, et alors ? C’est souvent la peur de l’échec qui crée l’angoisse de la page blanche. On a peur de mal faire et on perd ses moyens. Si vous êtes perfectionniste, sachez que même les auteurs professionnels doivent lire et relire leurs textes avant de les juger prêts à affronter les regards extérieurs. Ne vous autocensurez pas, vous êtes capable de bien plus que vous ne le pensez.

relax-angoisse de la page blanche

6. N’insistez pas !

Quand c’est pas le moment, c’est pas le moment et puis c’est tout ! Si votre cerveau bloque devant l’ampleur de la tâche à accomplir, c’est qu’il vous envoie un message. Il y a surement autre chose qui vous occupe l’esprit. Ne vous rendez pas malade, faites une pause, faites-vous un thé bien chaud ou sortez prendre l’air pour vous changer les idées. Quand vous vous remettrez au travail, il y a de grandes chances que votre blocage ait disparu.

faire une pause -angoisse de la page blanche

7. Écrivez pour vous seul

C’est souvent lorsque l’on pense à ses futurs lecteurs et aux critiques potentielles que l’angoisse de la page blanche arrive. Or si vous vous dites que vous êtes la seule personne qui lira votre texte, votre angoisse disparaîtra et vous serez bien plus à même de trouver l’inspiration. Ce petit mensonge n’en est finalement pas un, puisque vous seul lirez cette version de votre brouillon. Vous voilà déjà moins stressé, pas vrai ?!

écrire pour soi-angoisse de la page blanche

8. Trichez !

Enfin, si malgré toutes ces astuces vous n’avez pas réussi à dépasser l’étape de la page blanche sereinement, trichez ! Comment ? En utilisant le dictaphone de votre smartphone ou la reconnaissance vocale de votre ordinateur ! Nous sommes beaucoup plus habitués à raconter des histoires à l’oral, ça nous semble bien plus naturel. La reconnaissance vocale va rédiger votre texte pour vous, en temps réel, et vous n’aurez plus qu’à le retravailler au calme plus tard pour l’adapter au style écrit. Elle est pas sympa mon astuce ?!

reconnaissance vocale-angoisse de la page blanche

Voilà, vous êtes fin prêts à défier l’angoisse de la page blanche ! J’espère que mes astuces vous aideront vraiment à prendre confiance en vous et en votre capacité de rédaction. Si vous en avez d’autres, partagez-les en commentaires pour qu’elles profitent à tous ! A bientôt !

Mélanie

Author Mélanie

J'accompagne les entrepreneurs dans leur développement grâce à la création de contenu efficace et impactant. Je crée le dialogue et instaure une relation de confiance pour développer vos ventes et votre image de marque. Contactez-moi !

More posts by Mélanie

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :